Humble porte

Il est des évangiles qui nous bousculent plus que nous ne le voudrions. Nous aimons, à raison, considérer que la largesse du coeur de Dieu nous appelle tous au salut et qu’il n’est rien qui ne puisse être pardonné.
Comment alors comprendre l’enseignement de la porte étroite en résonance avec cette vérité de la foi? Une manière de l’aborber est de filer la métaphore plus avant. La porte étroite s’oppose à la grande porte d’apparat des maisons et des palais. La porte étroite est alors la petite porte de service, à l’arrière de la demeure; celle qui est utilisée non par les hôtes de marque, mais par les serviteurs et les familiers de la maison.
Elle est la porte de la discrétion et de l’humilité, du service et des préparatifs. Jésus nous inviterait donc à ne pas nous comporter comme les VIP de ce monde qui empruntent la large porte de la façade, des apparences et de la gloire, mais comme des serviteurs quelconque de l’humanité qui passent par la porte étroite du salut dans la charité.
Cette manière « d’entrer dans l’Evangile » nous aide aussi à comprendre pourquoi ceux qui ont mangé et bu avec le maître de maison ne sont pas reconnus par lui: ils n’ont été que les hôtes d’un moment, plus préoccupés d’eux-mêmes que des personnes de la maison.
En nous efforçant d’entrer dans la vie par la porte humble de l’évangile, nous entrons dans le mystère du salut promis au monde entier, car nous aurons vécu le service de l’amour en toute chose

Père Sylvain Brison extrait de la revue Magnificat