Humble présence

A quoi reconnais-t-on une personne humble?
La réponse à cette question n’est pas évidente, car le propre de l’humilité est de ne pas être d’abord manifeste aux yeux du monde.
Notre humanité aime ce qui brille, ce qui se remarque, ce qui fait honneur, ce qui est grand, fort et séduisant, ce qui possède du pouvoir ou peut en communiquer. Mais l’humilité relève de ce qui est doux, sobre, simple effacé, recueilli, pauvre et mesuré.
Ainsi, elle ne se manifeste que dans le contraste avec les valeurs bien trop mondaines que nous vénérons tant. L’humilité est une qualité insaisissable, car dès que l’on croit la posséder tant soit peu, elle disparaît, balayée par l’orgueil et la vanité qui reprennent vite le dessus.
L’humilité est une posture à l’équilibre fragile qui ne persiste que dans le modèle que Dieu nous a donné : la vie de Jésus-Christ. Dans les paraboles du repas proposées aujourd’hui par Jésus à notre méditation, c’est bien l’humilité du convive qui est à l’origine de sa vraie place et l’humble simplicité du pauvre qui ne peut rien offrir en échange qui est exaltée, car elle est l’occasion du don le plus gratuit possible.
Cette humilité est une véritable hygiène de vie humaine qui prend soin de nous l’éprouvant pèlerinage que nous pouvons vivre sur cette terre.
Elle est l’école de notre vie spirituelle pour devenir pareils au maître de tout humilité qui s’est fait l’un d’entre nous pour que nous devenions comme lui.

Père Sylvain Brison extrait de la revue Magnificat