Heureux

« Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière » disait Michel Audiard.
C’est à ceux-là que l’Evangile du jour, proposant les Béatitudes, permet d’inventer le chemin proposé par Jésus, un chemin qui accumule toute la variété d’événements qui peuvent s’accrocher, toute une variété de situations, d’épreuves qui se trouvent éclairées et réchauffées par les rais de lumière dus à notre capacité d’être fêlés à tout moment.
C’est à ceux-là que peut-être donné le titre de « saints », la foule des élus retenus par l’Eglise, mais aussi les anonymes du royaume de Dieu, celles et ceux qui ont vécu les Béatitudes révélant à tous le visage du Christ.
Ainsi les saints sont-ils aussi nombreux qu’autrefois, vivant leur inscription sociale dans le temps d’aujourd’hui.
Ils font partie de la foule immense que nul ne peut dénombrer. D’ailleurs, peu importe le chiffre, car l’invitation à suivre le Christ, à vivre les Béatitudes est adressée à tous ceux et celles qui désirent vivre leur chemin de bonheur dans les situations humaines de leur temps.
Cela n’a rien à voir avec la perfection. Seul le Christ est le parfit modèle de la sainteté, mais bonheur sur terre et bonheur au ciel ne sont pas incompatibles.
Car douceur, miséricorde et esprit pacifique sont des vertus qui peuvent mener au bonheur.