Tout sera détruit

Jésus parle du temple de Jérusalem dont il ne reste presque plus rien aujourd’hui.
Le Temple était un problème!
Dieu ne voulait pas de temple, car il ne voulait pas se voir enfermé, assigné à résidence. Il voulait rester sous la tente, proche de son peuple (cf.2 S 7,5-7); mais celui-ci l’a cantonné dans les murs infranchissables du Saint des Saints.
Il est plus facile de vivre quand on sait où doit être Dieu!
De ce Temple, Jésus prophétise la destruction, car il est fait de main d’homme et de la volonté des hommes (cf Jn 2,19; Mc 14,58); mais il sait que rien n’est impossible à Dieu.
Il nous est facile de lire cet Evangile sans éprouver crainte ou tremblement.
Mais il est illusoire de croire que nous n’avons pas reconstruit, peut-être malgré nous, d’autres temples pour y enfermer Dieu, afin de vivre nos petites vies confortables.
Oserons-nous poser, personnellement et communautairement la question : Quels sont ces petits temples dans lesquels nous mettons Dieu pour l’avoir sous la main quand nous en avons besoin et le laisser enfermé quand il nous dérange trop?
« Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre: tout sera détruit » et c’est heureux!
Que Dieu détruise tous ces temples dans lesquels nous avons tendance à l’enfermer.
Dans la Jérusalem céleste, il n’y aura plus de temple, car son sanctuaire, c’est le Seigneur Dieu (Ap 21,22). Voilà ainsi le chemin de l’espérance: si Temple est détruit, la résurection rend le Seigneur présent auprès de tous ceux qu’il aime et qu’il sauve de l’éloignement du péché.

Père Sylvain Brison extrait de la revue Magnificat