Le pélerinage de Saint-Morand

A la date du décès du Prieur Morand le 3 juin 1115, sa popularité et sa renommée de sainteté sont déjà très grandes. Une foule de Sundgauviens assiste à ses obsèques célébrées en présence des prêtres et religieux de tout le diocèse de Bâle.

Depuis lors, le tombeau de Morand devenu Saint Morand,  ne cesse d’attirer les fidèles.

Le flot des pèlerins qui convergent vers le prieuré, n’a été interrompu par aucun malheur, aucune guerre,  pas même la révolution. Le rassemblement autour de notre apôtre régional a survécu jusqu’à nos jours.

Actuellement tous les dimanches à 18 heures, une messe célébrée en l’église St Morand, est très fréquentée par les Sundgauviens.

            En 1437 les Bénédictins ont placé au 3 juin la fête de St Morand, elle sera reportée au lundi de Pentecôte à partir de la fin du 19e siècle.

Nous avons les récits des pèlerinages de plusieurs religieux au cours des siècles. En 1626 par exemple, un jésuite a compté 49 paroisses arrivées en procession au sanctuaire. Quelques années plus tard ce sont 60 paroisses qui participent au pèlerinage.

Au 18e siècle, des dizaines de paroisses environnantes se déplacent en procession pour venir  célébrer la fête de saint Morand. Au siècle suivant le pèlerinage reste toujours très vivant.

En 1880, le romancier Hermann Stegemann commence son roman « Die als Opfer fallen », par une description détaillée de la fête patronale de Saint Morand. Procession de la ville vers l’église du pèlerinage, Conseil municipal, pompiers, fanfare et trompettes, tapis de fleurs, guirlandes, bannières et flambeaux, rien ne manque. Une impression de fête exceptionnelle, colorée et joyeuse se dégage de ce récit !

 Ce jour de la Saint Morand survivra aux deux guerres mondiales du 20e siècle. Les paroissiens viennent de la vallée de l’Ill, de la Largue, du Thalbach, de partout, à pied, à vélo, en voiture.

Le 1 mai 1954, des centaines de jeunes répondent à l’invitation du Rassemblement de la Jeunesse autour de notre évêque Mgr Weber. A cette occasion, le professeur Stinzi fit un exposé sur l’histoire de Morand.

Un pèlerinage, d’Altkirch à Gildwiller, sur les pas de St Morand, s’est déroulé le jour de l’Ascension pendant de nombreuses années.

            Aujourd’hui, Saint Morand est toujours fêté le lundi de Pentecôte.

            Aujourd’hui, nombreux sont les fidèles qui apprécient cette expression de vie de foi qu’offrent les pèlerinages :

  • Le Chemin de Saint Jacques de Compostelle est fréquenté par un nombre toujours plus important de pèlerins.
  •  Très nombreux sont les pèlerins à Lourdes, à Rome, à Jérusalem et partout dans le monde.
  • Les jeunes de la région parisienne sont toujours très nombreux à se mettre en route vers Chartres tous les ans.  .

Oui, les jeunes sont très sensibles à cette forme d’expression de la foi.

 Ne pourrions-nous pas inventer une forme de pèlerinage actuelle vers ce lieu bénéfique chargé d’histoire ?  Ce lieu où vécut ce grand apôtre du Sundgau, modèle de générosité pour son prochain et  témoin de la foi en l’amour de Dieu 

                                                                                  Altkirch le 15/03/2021

                                                                                  André Braunstedter